L’Histoire Publique comme histoire du temps présent

Cette contribution sortira come “L’Histoire Publique est-elle toujours une histoire du temps présent ?” dans Historia del tiempo presente e historia pública, coord. Frédérique Lange et Jesús Izquierdo Martín, Mélanges de la Casa de Velazquez, n.53/2, 2023.

Introduction

  1. Histoire du Temps présent, Histoire appliquée, angewandte Geschichte, Uso pubblico della Storia et Présentisme: considérations sur un champ ouvert
  2. Reconstruire l’Espace public: Photographie, Monuments, Statues, Toponymie, Jeux vidéo et Ré-évocations, les pratiques au présent de la Public History

Introduction

La conception du temps historique a été profondément débattue et repensée depuis la fin du XXe siècle surtout en raison de la chute du communisme soviétique et de ce que Francis Fukuyama écrivit sur la fin de l’histoire avec le triomphe des démocraties libérales et du capitalisme et l’avènement d’un présent perpétuel d’un ordre économique libéral.[1] Plus récemment, Marek Tamm et Laurent Olivier ont repensé les conséquences épistémologiques du présentisme sur l’étude du passé et discuté de manière critique les régimes d’historicité de la culture contemporaine.[2]

Dans le cadre de notre intervention nous ne prétendons pas résumer ce débat pluridisciplinaire sur le présentisme ravivé en France par François Hartog il y a une vingtaine d’années[3] mais seulement commenter en quoi la Public History (dorénavant PH) se positionne par rapport aux différentes temporalités du passé et aux mémoires collectives.

Serait-il tautologique d’affirmer que la PH se réfère toujours au présent?[4] En d’autres termes, peut-on considérer que le passé qui est étudié et représenté dans les pratiques de PH est toujours «présent» et que la discipline est systématiquement «présentiste» même quand elle traite l’histoire ancienne, l’archéologie ou tout l’anthropocène? Déjà pendant la Première Guerre, Benedetto Croce avait écrit ce qui a depuis été souvent cité, à savoir que “seul l’intérêt pour le présente peut nous inciter à enquêter sur un fait du passé. Chaque vraie histoire est une histoire contemporaine».[5] Postulons donc que la PH est un champ de l’histoire qui met en œuvre tous les passés en fonction du présent au travers d’activités citoyennes et participatives.

La PH est surtout définie par une herméneutique de ses pratiques sur le terrain. C’est surtout l’action de « faire » qui la caractérise et moins les nombreuses tentatives de définition de la discipline qui changent en fonction des contextes géographiques et temporels. C’est en tout cas ce qu’avaient suggéré Paula Hamilton et Jim Gardner dans leur Oxford Handbook of Public History.[6] Être utile au présent, c’était justement ce que les pionniers se demandaient, il y a plus de quarante-cinq ans, au Royaume-Uni et ensuite aux États-Unis, pour que l’histoire, la gestion de la mémoire et les méthodes de l’historiographie puissent avoir un impact réel sur la société en impliquant les communautés concernées et leurs connaissances du passé.

Les historiens académiques n’ont pas pour objectif premier de favoriser une meilleure compréhension publique de l’histoire comme facteur d’interprétation du présent. Les historiens publics (qui sont aussi universitaires), pensent eux non seulement que leur rôle est d’influencer la culture, la politique et la société par la connaissance de l’histoire et de la mémoire mais qu’en faisant cela, ils permettent d’améliorer l’avenir. En cela, le travail des “historiens publics” est fondamental, parfois même pour faire sortir certaines communautés du silence de l’histoire.[7]

Ainsi, le champ disciplinaire de la PH est lié à une réflexion continue à l’échelle du présent sur l’actualité des identités collectives plurales, à la mémoire collective, aux lieux de mémoire et au patrimoine matériel et immatériel[8] locaux, régionaux et nationaux. Qui pratique la PH possède un « sens civique » de l’histoire comme préalable à une réflexion non triviale sur le présent de notre passé qui s’explicite dans des musées, des expositions, des parcs historiques, des archives, des bibliothèques, des sites archéologiques, lors de commémorations, dans le web, autant de lieux utilisés pour amplifier et diversifier les formes narratives d’une histoire toujours conjuguée au présent pour et avec les publics concernés.

1.Histoire du Temps présent, Histoire appliquée, Angewandte Geschichte, Uso pubblico della Storia et Présentisme: considérations sur un champ ouvert

François Bédarida fonda l’Institut d’Histoire du Temps présent (IHTP) en 1978 à Paris et son inauguration eu lieu en 1980. L’Institut entendait notamment définir une épistémologie du temps présent et de son histoire, basée sur les liens passé/présent de la mémoire (la 2ème guerre mondiale était son champ d’investigation privilégié) et sur le rôle des historiens dans la polis. Il était donc normal que Bédarida participe à une rencontre internationale sur les Applied Historical Studies qui eut lieu à Rotterdam en septembre 1982, organisée par l’université Erasmus en collaboration avec le British Social Science Research Council au cours de laquelle des historiens publics de différents pays se rencontrèrent et à laquelle avait participé Wesley Johnson, un des fondateurs de la PH à l’université de Santa Barbara en Californie en 1978.[9]

Qu’entendait-on alors par Applied Historical Studies? En France, Henry Rousso[10] troisième directeur de l’IHTP pensait à l’utilisation de l’historien, expert du passé, dans le cadre des politiques de son temps, une conception reprise aussi en Italie, pour définir ce qui avait été appelé l’uso pubblico della storia en 1992-93 par Nicola Gallerano[11] et en Allemagne l’Angewandte Geschichte.[12] Félix Torres rappelle que «dès le départ, les promoteurs américains et canadiens de la PH ont hésité quant à l’appellation de leur nouvelle pratique, balançant entre PH et Applied History».[13] En 2018, après la publication de leur livre sur l’histoire appliquée en Allemagne, Jacqueline Nießer et Juliane Tomann ont coordonnés une table-ronde entre historiens de différentes nationalités, experts du passé qui s’appliquent à la politique d’aujourd’hui dans tous les domaines où leur connaissance puisse être utile. Un centre de Applied European Contemporary History existe d’ailleurs à l’université de Iena en Allemagne.[14] De tels experts du passé veulent continuer à se distinguer de l’histoire publique en utilisant la dénomination “Applied History”, comme une histoire présentée comme encore plus présente que l’histoire du temps présent ou la PH.[15] En 2019, ce que l’on pourrait appeler « une école néerlandophone » de l’histoire appliquée, a relancé l’applied history en publiant un manifeste[16] et en lançant une nouvelle revue spécialisée, le Journal of Applied History qui se propose de décrire des recherches pour lesquelles les connaissances historiques contribuent à résoudre les problèmes contemporains. Les “applied historians” offrent “the results of their historical research to bear on the present, on the issues that (should) concern us today. It seeks to promote historical thinking as an essential element of discussions about the challenges that our societies are now confronted with.”[17]

Un pamphlet publié en 2015 par David Armitage et Jo Guldi, le “History Manifesto”, rappela aux historiens académiques l’importance d’une implication publique et sociale de leur travail et la nécessité d’appliquer l’interprétation du passé au présent en tenant compte des temps longs de l’histoire.[18]

Ce débat récent qui réintroduit l’applied history est selon moi artificiel. L’histoire appliquée n’est qu’un des champs de la PH comme j’ai pu argumenter au cours d’un débat sur la définition de l’applied history à l’université du Luxembourg.[19]

En Grande-Bretagne dans les années ’70, la PH naquit d’un partage de savoirs entre communautés territoriales, des classes sociales défavorisées et des historiens académiques comme Raphael Samuel, un “historien public” socialiste au Ruskin College à Oxford. Samuel avait l’intention de faire sortir l’histoire de l’université et d’utiliser la connaissance du passé en fonction des besoins du présent.[20] Il organisa des conférences publiques et des débats avec des syndicalistes impliquant les communautés locales et la mémoire des travailleurs sur la base du slogan participatif “inscrivez-vous dans l’histoire”, pour redonner une voix à des groupes sociaux délaissés par la «grande histoire». C’était une forme d’histoire «activiste» dans le présent comme aujourd’hui la définit Denise Meringolo.[21] L’idée de Samuel était aussi de «démocratiser l’histoire» et d’en faire un instrument capable de développer une conscience politique en utilisant tous les supports médiatiques disponibles, et toutes les sources même les moins traditionnelles, comme les albums de photographie de famille.

Dans le dernier quart du XXe siècle surtout, le besoin de penser autrement l’histoire comme partie intégrante de la citoyenneté active et de la mémoire des communautés réaffirmait ainsi la nécessité d’un engagement citoyen de l’historien, en lui rappelant son rôle social. Un important historien italien comme Giuseppe Galasso a écrit que l’historiographie de son pays avait perdu son impact universel sur les questions contemporaines et son rôle social, quand les historiens avaient abandonné leur capacité de s’engager et d’être protagonistes de la culture de leur temps.[22]

Ce rôle social des historiens avait été examiné par François Bedarida et Jean Stengers en 1996, lors d’une conférence internationale sur la responsabilité des Historiens aujourd’hui à l’Institut universitaire européen de Florence.[23] Ils posèrent alors des questions, encore débattues aujourd’hui, sur l’utilisation publique de l’histoire dans différents médias par des non-historiens. Bédarida, auteur d’un livre sur les responsabilités sociales des historiens,[24] se rappelait sans doute sa rencontre avec le pionnier américain de la PH, Wesley Johnson au début des années 80. L’historien belge Jean Stengers, auteur d’essais sur le rôle social des historiens proposa une réflexion théorique sur les responsabilités publiques des historiens, la responsabilité pénale, civile (des termes juridiques qui ont un sens strict) et moins susceptible d’être strictement définie, la responsabilité morale et sociale. “Cette dernière indissociable de la profession même que l’historien pratique» dans sa société.[25]

L’activisme social, culturel et politique fait donc partie de la PH et se pratique sans «inventer» le passé ou le plier aux nécessités instrumentales du présent.[26] L’éthique professionnelle joue ici un rôle dans l’utilisation du passé comme ressource pour expliquer le présent.[27] Les historiens, certes, mais encore plus les historiens publics, devraient être mieux conscients de leur capacité de scruter le passé et d’expliquer les problèmes contemporains en répondant à la question posée par Serge Gruzinski dans son livre l’histoire pour quoi faire?[28] Face à l’abondance de “mémoire” sans fondements historiques stigmatisée par Pierre Nora dans son libre récent d’ego histoire, la présence professionnelle des historiens publics s’attèle à vigiler sur la manière avec laquelle la mémoire collective est utilisée aujourd’hui et comment elle se réactualise constamment pour les nécessités du présent.[29]

Comme l’avait déjà mis en évidence David Thelen et Roy Rosenzweig, dans The Presence of the Past: Popular uses of History in American life, un public historian doit valider les mémoires des communautés utilisant sa médiation professionnelle usant de pratiques de partage d’autorité pour empêcher la multiplication des mémoires dans un présent sans histoire.[30] L’un des points plus sensibles de la discussion autour de la légitimité d’un usage populaire -dans le public et par le public- de l’histoire concerne, comme le souligne Michael Zuckerman[31], le fait que les Américains ne pensent pas que l’histoire ni l’étude de l’histoire, soient confinées dans le passé. Un historien danois, Bernard Eric Jensen écrit à ce propos que ce qui importe pour Thelen et Rosenzweig est “the uses of the past in the present: that is, the availability of usable pasts rather then the pastness of history”.[32]

En réalité, l’histoire offre un récit scientifique, différent de l’expérience individuelle et des mémoires individuelles dont les historiens se servent par ailleurs de manière critique. Par conséquent, une définition du passé liée seulement au prisme de l’expérience individuelle et qui conditionnerait l’explication publique du présent n’a pas d’intérêt et n’est pas acceptable selon Thelen et Rosenzweig, dans leur enquête consacrée à analyser le “role of professional historians in responding to, expanding, and challenging popular uses of the past[33] dans le présent par des popular historymakers[34].

2.Reconstruire l’Espace public: Photographie, Monuments, Statues, Toponymie, Jeux vidéo et Ré-évocations, les pratiques au présent de la Public History

Une photographie offre toujours une narration qui, parfois, contient à la fois un récit sur le passé et un autre sur le présent dans la même image. Passé et présent dans les récits photographiques peuvent se chevaucher dans une forme de présentisme. Un photomontage entre deux photographies représentant des époques différentes ou même une juxtaposition entre des photographies prises à des époques différentes, peuvent délibérément représenter le passage du temps, la comparaison entre les époques et une résurrection du passé dans le présent. Dans ce cas, hier et aujourd’hui dialoguent ensembles et mettent à jour le passé dans le présent.[35] Voyons quelques exemples de ce «présentisme» dans les pratiques de PH avec les photographies.

Nous attachons tous une grande importance aux photos de famille. Le sociologue Pierre Bourdieu avait défini la répétition systématique des photographies dans les rituels de la vie familiale comme emblématiques de comportements sociaux réitérés sur plusieurs générations.[36] Aujourd’hui les technologies numériques permettent de ressusciter les passés familiaux en réunissant les générations dans le présent avec un photomontage, une fusion des temporalités de deux images qui permette de rapprocher l’espace et le temps de la mémoire dans le présent. La fusion de vieilles photographies en noir et blanc dans les mêmes lieux raccourcit la chronologie et active différents régimes d’historicité dans le présent.

Ressusciter des souvenirs familiaux et individuels de différentes générations fait aujourd’hui l’objet de nombreux projets dans la toile et dans les réseaux sociaux. Depuis la création du réseau social Flickr en 2006,[37] le groupe de photographes appelé Then and Now puis, depuis 2012, un autre projet similaire, Looking into the Past pratiquent la technique du photomontage, insérant d’anciennes images en noir et blanc dans des images récentes. Cependant, ces projets ne se limitent pas aux mémoires de famille et illustrent des événements historiques. L’artiste argentine Irina Werning dans Back to the future, entre 1990 et 2011, entendait rapprocher le passé et le présent en rephotographiant les mêmes personnes vingt années plus tard avec les mêmes vêtements et dans les mêmes poses.[38] En Italie, la Bibliothèque nationale de Florence, avec le projet Arno66, mettait en œuvre une machine à voyager dans le temps, qui permettait aux visiteurs équipés d’une tablette de visualiser les sites de l’inondation de 1966 en visant les mêmes lieux aujourd’hui. Une narration par images de la catastrophe qui avait frappé la capitale toscane, a permis à chacun de découvrir l’ampleur du déluge passant du passé au présent, juxtaposant une photographie en blanc et noir sur le même lieu aujourd’hui.[39] Elizabeth Edwards explique que “les photographies s’entremêlent avec la distance du passé mais donnent aussi une impression troublante de sa proximité. Elles semblent offrir tout un continuum temporel de la distance à l’immédiateté.”[40]

Les pratiques de PH s’occupent de l’actualité sémantique et symbolique du patrimoine historique, des monuments, des statues, de la toponymie qui sont constamment revus pour reconstruire les lieux de mémoires et l’espace public au présent.[41] Le thème très actuel de la décolonisation de la culture occidentale dans l’espace public place l’acte de démolition de statues et de certains lieux de mémoire au centre d’une révision du passé pour satisfaire les raisons du présent. Souvent, nous ne réalisons même pas que dans les espaces publics, des monuments témoignent de comment, par le passé, on vivait l’histoire au présent, même une histoire lointaine. A toutes les époques, les monuments, les statues, les plaques commémoratives mais aussi le nom des rues et des places, celui des édifices publics comme les écoles, les casernes, les hôpitaux, ont fait l’objet de commémorations, ou au contraire de débats sur leur opportunité, les temps ayant changé. Au fil des siècles, des phénomènes iconoclastes ont toujours été présents. Les motivations ont été religieuses, comme dans le cas de la Réforme protestante du XVIe siècle contre la vénération d’images considérées comme des superstitions païenne ou politiques, dans les changements de régime ou après les révolutions. Par exemple, après l’abolition de la monarchie le 10 août 1792 et avec la prise du palais royal des Tuileries à Paris, de nombreuses statues équestres des rois de France ont été abattues. Les actes de vandalisme témoignent de combien la mémoire publique suit constamment les sentiments populaires dans le présent.[42] Les rôles publics d’une statue, d’un nom de rue, évoluent en effet dans le temps en fonction des transformations politiques et religieuses. La valeur mémorielle des monuments et des statues est reconsidérée en fonction du présent pour répondre à la nouvelle relation que les communautés qui les accueillent dans leurs places et dans leurs parcs veulent donner à ces témoignages d’une époque passée. Les statues de Cristoforo Colombo dans les Amériques et en Europe sont contestées par les mouvements indigènes,[43] celles du passé soviétique sont abattues en Ukraine aujourd’hui.

D’autres pratiques présentistes sont constituées par les jeux vidéo historiques, vraies ré-évocations du passé comme une histoire vivante et participative. Les jeux vidéo permettent, si l’on est conscient de leurs limites, l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire de manière ludique et permettent au public d’être curieux de certains passés.[44] Le but de ces technologies est d’augmenter la réalité en faisant entrer le passé dans le présent et en incitant ainsi les différents publics à interagir avec le passé dans un présent continu. C’est d’ailleurs ce qui se passe aussi lors d’une ré-évocation historique ou d’une pratique d’histoire vivante (Living History) qui actualise toujours le passé aussi lointain soit-il pour la compréhension de l’histoire réévoquée pour des spectateurs ou directement par les participants. On reconstruit le passé, on le rend vivant et présent.[45]


[1] Francis Fukuyama, The end of history and the last man. (Twentieth anniversary edition), London: Penguin,2012. (Originally published: New York: Free Press, 1992).

[2] Marek Tamm et Laurent Olivier Rethinking historical time: new approaches to presentism, London: Bloomsbury Academic, 2019.

[3] François Hartog et Saskia Brown. Regimes of Historicity: Presentism and Experiences of Time. New York, Columbia University Press, 2015. https://doi.org/10.7312/hart16376 (traduction anglaise de François Hartog: Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris : Seuil, 2003).

[4] Jacques Rouillard, “Conjuguer le passé au présent.”, dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol.57, no.1, Septembre 2003, pp. 71–78.

[5] Benedetto Croce, Teoria e storia della storiografia, Bari, Laterza, 1917, (nuova edizione: Milan, Adelphi, 2001), p. 14. (Traduction de l’italien: Solo un interesse della vita presente ci può muovere ad indagare un fatto passato. Ogni vera storia è storia contemporanea.)

[6] James B. Gardner et Paula Hamilton, The Oxford handbook of Public History. Oxford University Press, 2017, p.1.

[7] Michel-Rolph Trouillot: Silencing the past: power and the production of History, Boston, Mass.: Beacon Press, 1995.

[8] Selon la définition de l’UNESCO du patrimoine intangible, https://ich.unesco.org/doc/src/01851-FR.pdf

[9] W.G. Johnson, An American Impression of PH in Europe, in «The Public Historian», Vol. 6 No. 4, 1984, pp. 87-97, DOI https://doi.org/10.2307/3377384.

[10] Henry Rousso « L’histoire appliquée ou les historiens thaumaturges », dans Vingtième Siècle, n°1, janvier 1984, p. 105-122.

[11] Nicola Gallerano: Storia e uso pubblico della storia, in Id. (coord.), L’uso pubblico della storia, Milano, Franco Angeli, 1994. Conceptions reprises par Angelo Torre: “Public History e Patrimoine: due casi di storia applicata.” in Quaderni Storici, no. 3 (2015), pp.629–660, https://doi.org/10.1408/82688

[12] Jacqueline Niesser, Juliane Tomann: Angewandte Geschichte : neue Perspektiven auf Geschichte in der Öffentlichkeit, Paderborn: Ferdinand Schöningh, 2014.

[13] Félix Torres: «La PH/histoire publique est-elle une nouvelle école historique ?» dans Dominique Barjot, Anna Bellavitis, Bertrand Haan et Olivier Feiertag (coord.), Regards croisés sur l’historiographie française aujourd’hui, 2020, pp.235-254, ici p.239 (pp.238-240 pour l’histoire appliquée), et Marc Riopel, « Réflexions sur l’application de l’histoire », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 57, n° 1, 2003, pp. 5-21. Barbara Howe en parle dans le premier manuel de PH publié avec Emory Kemp Public History: An Introduction, R.E. Krieger Pub. Co., 1986.

[14] AECH, http://aec-history.uni-jena.de/

[15] Jacqueline Nießer et Juliane Tomann: “Public and Applied History in Germany. Just Another Brick in the Wall of the Academic Ivory Tower?” dans The Public Historian, November 2018, Vol. 40, No. 4, pp. 11–27. DOI:10.1525/tph.2018.40.4.11

[16] Bram De Ridder: ““And what Do You Do, Exactly?” Comparing Contemporary Definitions and Practices of Applied History” International PH, vol. 5, no. 1, 2022, pp. 29-41. DOI: 10.1515/iph-2022-2038

[17] L’éditeur Brill publie le Journal of Applied History, https://brill-com/view/journals/joah/joah-overview.xml

[18] “The History Manifesto», a discussion”, in Memoria e Ricerca, n.1, 2016, pp. 97-126, DOI: 10.14647/83225

[19] La discussion organisée par Thomas Cauvin au C2DH à Luxembourg le 16 mars 2021 et disponible sur YouTube (https://youtu.be/PracUFiHA7A) m’a permis d’affirmer que les “applied historians were again reinventing the wheel” et que l’AIPH, dans son Manifesto de la ‘PH’ décrivait déjà en 2018, exactement les pratiques publiques appliquées reproposées récemment par les “applied historian” comme quelque chose de différent de la PH.

[20] Sophie Scott-Brown: The histories of Raphael Samuel a portrait of a people’s historian, Acton, ANU Press, 2017, https://library.oapen.org/bitstream/handle/20.500.12657/31334/631218.pdf

[21] Denise D. Meringolo (ed.): Radical Roots: PH and a Tradition of Social Justice Activism, Amherst: Amherst College Press, 2021, https://doi.org/10.3998/mpub.12366495

[22] Giuseppe Galasso, Storia della storiografia italiana: un profilo, Bari, Laterza, 2017.

[23] La responsabilità dello storico oggi, Firenze,16 luglio 1996,

http://www.sissco.it/articoli/bollettinosissco-n-16-luglio-1996-1141/#firenze

[24] François Bédarida, Praxis historienne et responsabilité, in «Diogène», n. 168, Octobre-Décembre 1994, pp. 3-8 et Bédarida (avec d’autres), La responsabilité sociale de l’historien, Paris, Gallimard, 1994 qui incluait d’ailleurs l’essai de Nicola Gallerano, Histoire et usage public de l’histoire, Voir aussi de Olivier Dumoulin, Le rôle social de l’historien: de la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel, 2003.

[25] Jean Stengers, «L’historien face à ses responsabilités», in Revue belge de philologie et d’histoire, Histoire médievale, moderne et contemporaine, n.82, v.1-2, 2004, pp. 71-102. DOI 10.3406/rbph.2004, p.4814.

[26] François Hartog et Jacques Revel: Les usages politiques du passé, Paris : Ecole des hautes études en sciences sociales, 2001.

[27] Les deux concepts d’«uso pubblico della storia » et d’« histoire publique » ont été discutés en Italie après les premières réflexions de Gallerano en 1993. Voir A. Prampolini, Internet e l’uso pubblico della storia. Dalle riflessioni di Nicola Gallerano alle indagini di Antonino Criscione sui siti web, in «Società e storia», n. 134/4, 2011, pp.797-813 et Mirco Carrattieri, “Per una PH italiana”, in Italia Contemporanea, Avril 2019, n. 289, pp. 106-121.

[28] Serge Gruzinski: L’histoire pour quoi faire?, Paris, Fayard, 2015.

[29] Pierre Nora: Une étrange obstination, Paris, Gallimard, 2022.

[30] Serge Noiret: Sharing Authority in online collaborative PH practices in the Handbook of Digital PH, coord. par Serge Noiret, Mark Tebeau et Gerben Zaagsma, De Gruyter Reference Series, 2022, pp.49-61.

[31] Michael Zuckerman: “The Presence of the Present, the End of History.”, in Roundtable: Responses to Roy Rosenzweig and David Thelen’s “The Presence of the Past: Popular Uses of History in American Life, in The Public Historian, 22/1, 2000, pp. 19-22, URL: [http://www.jstor.org/stable/3379326]

[32] Bernard Eric Jensen: “Usable pasts: comparing approaches to Popular and PH.”, dans Paul Ashton et Hilda Kean (coord.): People and their pasts: PH today., Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2009, pp.42-56, ici p.43.

[33] Roy Rosenzweig: “Not a Simple Task”: Professional Historians Meet Popular Historymakers.”, in Roundtable: Responses to Roy Rosenzweig and David Thelen’s “The Presence of the Past: Popular Uses of History in American Life, cit., pp. 35-38, URL: [http://www.jstor.org/stable/3379330].

[34] Voir de Stacy Flora Roth, Past into present: effective techniques for first-person historical interpretation., Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1998.

[35] Serge Noiret: «Ecrire une histoire publique numérique avec des photographies» dans Public History Weekly, 2015/3, n.31, DOI: dx.doi.org/10.1515/phw-2015-4706.

[36] Luc Boltanski, Pierre Bourdieu, Roger Castel et Jean-Claude Chamboredon: Un art moyen : essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris: Éditions de Minuit, 1965 (2ème édition 1993).

[37] Flickr Group: Looking Into the Past, http://www.flickr.com/groups/lookingintothepast/

[38] https://irinawerning.com/gallery/back-to-the-future-thumbs/

[39] Arno66, La Macchina del Tempo, https://arno66ar.it/

[40] Elizabeth Edwards: Photographs and the practice of history: a short primer, London: Bloomsbury, 2021, pp.30-31.

[41] Keith Lowe: Prisoners of history: what monuments to the Second World War tell us about our history and ourselves, London: William Collins, 2021; Lisa Parola: Giù i monumenti? Una questione aperta, Torino, Einaudi, 2022.

[42] Sarah Gensburger et Jenny Wuestenberg: Dé-commémoration. Quand le monde déboulonne des statues et renomme des rues., Paris, Fayard, 2023.

[43] Voir le documentaire de Valerio Ciriaci Stonebreakers, Awen Film, 2021, https://youtu.be/l2NFeSxLAf8.

[44] Martin Wainwright: Virtual History: How Videogames Portray the Past, London, Routledge; 2019.

[45] Enrica Salvatori: “Il public historian e il revival: quale ruolo?”, dans Fabio Dei et Caterina Di Pasquale, (coord.), Rievocare il passato: memoria culturale e identità territoriali, Pisa, Pisa University Press, 2017, pp. 131–138.



Cite this blog post
Serge Noiret (2023, November 25). L’Histoire Publique comme histoire du temps présent. Digital & Public History. Retrieved May 22, 2024, from https://doi.org/10.58079/nwe1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search